Les conseils presbytéraux    Nos Temples et lieux de cultes              Accès à "Ensemble-Témoignons"(Journal de nos communautés)     
                                                                    Lien que nous vous suggérons !

 

 

Eglise Protestante Unie de France

Communion luthérienne et réformée

Eglises de Bourdeaux – de Dieulefit – de la Valdaine
erf.dieulefit@wanadoo.fr

MP900177808[1]



           Pasteurs Sonia et Alain Arnoux                        Presbytère, 14 Montée des HLM, 26220 Dieulefit

                       
Sonia Arnoux, tél. : 04 75 90 88 34,  courriel  sarnoux@wanadoo.fr
                        Alain  Arnoux, tél. : 09 75 28 35 71,   courriel arnouxalain@orange.fr

EPUF ? présentation et culte !

              

500 ans déjà ! Ensemble Témoignons

Première pierre !!! L'invitation regardez !

Activités du mois de novembre

Lettre pastorale du 27 octobre

Un au revoir à qui ?

Samedi 16 septembre 2017 Lyss Aarberg Sur les pas  des Huguenots et des Vaudois du Piémont  .

Inauguration du tronçon  d’Aarberg à Lyss.

Dévoilement de la pierre commémorative du naufrage De Aarberg à Lyss

Pour en savoir plus, cliquer ici

Prédication du 23 juillet au Temple de Dieulefit

 

Un pays a-t-il une âme ?

Un pays – le Pays de Dieulefit, le Pays de Bourdeaux, la Valdaine, le Plateau de la Haute-Loire ou la Vallée de Munster ou un autre – c'est beaucoup de choses. Ce sont des reliefs, des sols, des cours d'eau, des vents, une végétation... Ce sont les êtres humains qui habitent là, et qui du travail de leur intelligence et de leurs mains, siècle après siècle, depuis qu'ils sont là, utilisent les ressources du sol, de l'eau, du soleil, façonnent et transforment les paysages, et sont façonnés par eux. Un pays, c'est une géographie, c'est une histoire, c'est une économie... Un pays, avec ou sans hommes, c'est vivant, c'est en évolution constante.

Un pays a-t-il une âme ? Y a-t-il quelque chose dans un pays, une vertu particulière, une nature prédestinée, une âme en quelque sorte, qui en rende les habitants plus pieux ou plus indifférents, plus honnêtes ou plus brigands, plus accueillants ou plus renfermés, plus ouverts ou plus méfiants face aux nouveautés, plus entreprenants ou plus apathiques... ? Est-ce le pays qui donne une âme aux hommes ? Ou bien sont-ce les hommes qui donnent une âme au pays, et qui font de lui un lieu où la vie est légère ou pesante, un lieu de refuge ou un lieu de refus, un lieu d'entente ou un lieu de brouilles, un lieu de générosité ou un lieu d'avarice et de cupidité, un lieu de l'Esprit ou un lieu de la chair ? Un pays béni ou un pays maudit ?

Ou bien, l'âme d'un pays, ce qui fait qu'on l'aime, ce qui fait qu'on a envie de le découvrir si on ne le connaît pas, de s'y installer si on n'y est pas né, d'y revenir si on en est parti, n'est-ce pas une apparence, une réputation déjà dépassée, quelque chose qui déjà est en train de mourir, un fantôme, un fantasme ? Est-ce que cela meurt, l'âme d'un pays ? Ou bien, est-ce que cela se vend, l'âme d'un pays, comme un produit pittoresque pour touristes ? Ou bien, est-ce que cela évolue, l'âme d'un pays, comme tout ce qui est vivant en somme, au fur et à mesure que les hommes changent, et leur travail, et leurs relations avec le vaste monde ?

Les hommes passent. Sous les châtaigniers du Bouschet-de-Pranles, en Ardèche, sous les rochers de Saou, du côté de Beauvallon à Dieulefit ou près de l'église de Comps, dans les grands espaces vides et silencieux du Plateau du Chambon, à Gunsbach dans la Vallée de Munster, j'entends bruisser, dans le vent, des âmes disparues : Pierre et Marie Durand, Isabeau Vincent, Alexis Muston, Marguerite Soubeyran, le prédicant Bastianou, Albert Schweitzer, et tant d'autres, tant d'autres... Sans doute le pays, avec son ciel, ses vents, ses bruits, ses espaces et ses hommes, a-t-il contribué à façonner leur âme. Mais très certainement, ils ont donné, un temps, un temps seulement, leur temps, une âme au pays. Et même, ils en ont été l'âme. Pour les entendre encore, et entendre ce qui les a animés, il faut faire silence en soi et tendre l'oreille. Car ils ne sont plus. L'âme du pays change avec les hommes qui y vivent et qui la lui donnent. Le pays reste, presque identique, et il sera encore là, presque identique, quand nous ne serons plus. Qui lui donne une âme en ce moment ? Et quelle âme ?

Je pense à Celui qui a visité notre terre, à Celui qui n'avait même pas une pierre où reposer sa tête, à Celui qui nous dit : "Je me tiens à la porte et je frappe. Si quelqu'un entend ma voix et m'ouvre sa porte, j'entrerai chez lui, je prendrai mon repas avec lui et lui avec moi." (Apocalypse 3 / 20). Et si c'était lui, l'Âme sans laquelle tout n'est que vide et agitation, et tohu-bohu ?

 

Alain ARNOUX, pasteur

 

Vous y étiez ! Les photos de l’AG du mois de mars 2017 !

Photo-1               Photo-2               Photo-3               Photo-4               Photo-5

Photo-6                               Photo-7                               Photo-8                               Photo-9                               Photo-10

Photo-11             Photo-12             Photo-13             Photo-14             Photo-15

Au revoir à Raymonde et Jean-Pierre

Photo-1               Photot-2             Photo-3               Photo-4               Photo-5               Photo-6               Photo-7               Photo8

Des photos de la journée du 20 novembre à la Bégude

 

Photo 01             photo 02             photo 03

photo 04             photo 05             photo 06

photo 07             photo 08             photo 09

Quelques photos du 25 septembre à la Maison Fraternelle

photo 01 photo 02 photo 03

photo 04 photo 05 photo 06

photo 07 photo 08 photo 09

photo 10 photo 11 photo 12

Quelques prédication à écouter

 

Pour accéder directement aux  portraits d’Ensemble – Témoignons, Cliquez-ici

 

 

Dernière mise à jour : 28/10/2017-5:17  JL