Les conseils presbytéraux    Nos Temples et lieux de cultes              Accès à "Ensemble-Témoignons"(Journal de nos communautés)     
                                                                    Lien que nous vous suggérons !

 

 

Eglise Protestante Unie de France

Communion luthérienne et réformée

Eglises de Bourdeaux – de Dieulefit – de la Valdaine
erf.dieulefit@wanadoo.fr

MP900177808[1]



           Pasteurs Sonia et Alain Arnoux                        Presbytère, 14 Montée des HLM, 26220 Dieulefit

                       
Sonia Arnoux, tél. : 04 75 90 88 34,  courriel  sarnoux@wanadoo.fr
                        Alain  Arnoux, tél. : 09 75 28 35 71,   courriel arnouxalain@orange.fr

EPUF ? présentation et culte !

La quête de la liberté : Ensemble - Témoignons

Activités du mois de juin

Contre la barbarie, la croix !

        Ainsi donc, M. Trump a reculé. Les enfants d'immigrés clandestins ne seront plus arrachés à leurs parents. Ils seront enfermés avec eux (!!!), en attendant qu'on statue sur leur sort. Mais enfin... M. Trump a reculé. Un peu. Très peu. Pas par grandeur d'âme. Pas par "charité chrétienne". Pas pour rester dans l'esprit des Lumières qui était celui des "Pères Fondateurs". Pas par souci du "qu'en dira-t-on" international, dont il fait fort peu de cas (et où les donneurs de leçons irréprochables ne sont pas légion). Pas à cause des critiques de ses adversaires ou des médias (il en fait son miel et il s'en régale). Les protestations des "premières dames" (y compris son épouse) l'ont sans doute un peu plus ennuyé. En fait, ce qui l'a le plus gêné, ce sont les résistances dans son propre camp. À part les plus obtus des conspirationnistes, même ses soutiens les plus fidèles ou les plus indulgents ont eu un haut le cœur. Beaucoup plus par attachement aux "valeurs familiales", d'ailleurs, que par souci de la solidarité entre les peuples ou des droits de l'homme. Il a compris (sa fille l'a aidé) que, contrairement à ses calculs, l'inhumanité qui consiste à humilier des parents devant leurs enfants, et à arracher des enfants des bras de leur mère, pour les enfermer dans des cages et pour faire peur, risquait de rapporter moins, électoralement parlant, qu'un geste de... (osons le mot !) compassion (limitée). Il risquait de perdre (une partie de) son électorat "chrétien". Il a donc reculé. Jusqu'à la prochaine fois. Car il y aura une prochaine fois, un autre coup de force, une autre tentative de gagner et de conserver une clientèle électorale par la brutalité, par l'inhumanité, par la barbarie. Parce que, malheureusement, ça marche, à condition que cela ne se voie pas trop. Profiter de la peur que les changements rapides du monde, et en particulier les migrations, font naître dans les nations. Oser un coup de force, se moquer de tout ce qui a été résolu par les instances internationales depuis la deuxième guerre mondiale. Et si les protestations ne sont ni trop fortes ni trop nombreuses, faire un pas de plus et cogner encore plus fort. Sur les plus faibles. Front haut et sourire aux lèvres. C'est une politique qu'on voit s'installer, comme une épidémie, aux États-Unis et en Europe. Une "civilisation" qui se protège ainsi contre "l'envahissement" des pauvres et des terrorisés, défend son confort et non ses valeurs. Elle détruit elle-même ses valeurs et sa culture, si on laisse faire les barbares qui prétendent la défendre. Elle s'ôte à elle-même toute justification.

        M. Trump a rencontré des résistances. Il a reculé. Un peu. C'est donc possible. L'important est qu'il y ait partout des esprits vigilants, qui soient prêts à entrer en résistance. Sinon, cela s'étendra, et il y aura ici et là un coup de force après l'autre, une défaite de la civilisation après l'autre. Récemment, Mme Hanna Koch-Marcel nous a parlé du combat de l’Église confessante en Allemagne, lorsque les nazis sont arrivés (démocratiquement !) au pouvoir. Combat auquel son père, pasteur, a participé. Combat qui n'a pas été seulement un combat de pasteurs et de théologiens, mais des "simples fidèles" qui avaient compris ce qui était en train de se jouer. Les nazis avaient commencé de prendre le contrôle de l’Église protestante pour la mettre au pas et la nazifier, et pour essayer d'en faire un instrument de leurs projets (qu'aurais-je fait, moi pasteur, si du jour au lendemain j'avais vu le dimanche matin l'église se remplir... de membres du parti, en uniforme et avec oriflammes, chantant les cantiques de toute leur voix, sinon de tout leur cœur ?). Il ne s'agissait pas au départ d'opposition politique ; on peut dire que cette lucidité-là n'est venue que lentement, trop lentement... mais nous, nous connaissons la fin de l'histoire ! Il s'agissait d'abord de résistance spirituelle. Contre le culte du Chef, de la Force, du Sang, du Sol ; contre le remplacement de la Bible "enjuivée" par le nouveau christianisme aryen ; contre la prétention d'un homme d'être le nouveau sauveur et seigneur qui ait autorité sur tout ; contre la création d'un homme et d'un peuple nouveaux dans la haine, le hurlement et la violence. Et plus que jamais, la croix du Christ est alors devenue l'emblème de la résistance.

        Vilain et sinistre emblème que cet instrument de supplice, certes ! Mais il ne s'agit pas d'y clouer les autres ! La croix est un défi, une gifle, une contestation adressés par Dieu à ce monde, aux arrogants, aux insensibles, aux haineux, aux violents. Sur la croix, le Christ montre de quel côté Dieu choisit de se placer : celui des méprisés, des rejetés, des maltraités. La croix est la protestation de Dieu, elle montre à quoi aboutissent les politiques "réalistes" des hommes : à la mort des sans défense et au déshonneur des politiciens cyniques et des politiciens frileux, des foules haineuses et des foules inertes. Elle est un appel à crucifier nos violences, nos frilosités, nos égoïsmes, et à devenir des êtres nouveaux, des images du Christ crucifié et ressuscité. C'est pourquoi l’Église chrétienne ne peut pas avoir d'autre symbole. Elle ne peut rien opposer d'autre à la brutalité de ce monde. Qu'elle s'en empare donc fièrement en l'arrachant de la main de ceux qui s'en servent pour "défendre la civilisation chrétienne", comme ils disent, alors qu'ils renient l’Évangile ! L'apôtre Paul a écrit : "Quant à moi, jamais je ne mettrai ma fierté en rien d'autre que dans la croix de notre Seigneur Jésus-Christ..." (Galates 6 / 14)

 

ATTENTION !

Bientôt, je n'enverrai plus cette "lettre paroissiale hebdomadaire" : je cesserai mon ministère pour entrer à la retraite.

Plusieurs personnes ont souhaité que je continue d'écrire des messages. Je pense donc continuer. Mais ce ne seront plus des lettres paroissiales, seulement des lettres personnelles.

Elles ne seront sans doute plus hebdomadaires, mais auront un rythme variable.

Il y aura sans doute une interruption assez longue cet été : les conditions ne seront pas réunies pour que je puisse me servir de mon ordinateur.

Et surtout : j'enverrai ces courriers seulement aux personnes qui m'en feront la demande expresse.

MERCI A CELLES ET CEUX QUI ONT DÉJÀ RÉPONDU, ET POUR LEURS MOTS GENTILS.

 

 

NOUVELLES et INFOS :

Soucis, joies et peines :

 

Informations :

L'ASSEMBLÉE GÉNÉRALE CONSTITUTIVE de l'association cultuelle "Église protestante unie entre Roubion et Jabron" a eu lieu samedi 16 juin au temple de Bourdeaux. Les statuts de la nouvelle association ont été validés. Le conseil presbytéral de l'association recueillante a été complété par l'élection de Mme Françoise Peneveyre et de MM. Eric Peneveyre et Claude Raspail, tous trois de Bourdeaux. Nous remercions les conseillers de Bourdeaux dont le mandat s'achevait cette année et/ou qui n'ont pas souhaité se représenter : MM. Jérôme Girard, David Tressere, Jean-Pierre Tressere et Michel Tron. Le conseil a nommé comme présidente Mme Florence Buis-Pagès, comme vice-présidente Mme Katy Croissant, comme trésorière Mme Cathy Cadier, comme trésorières adjointes Mmes Charlette Lamande et Françoise Peneveyre, comme secrétaire Mme Françoise Jolivet, comme secrétaire-archiviste M. René Mourier. Nous attendons maintenant l'enregistrement par la préfecture. On ne parlera plus désormais d’Église réformée ou protestante unie de Bourdeaux, de Dieulefit, ou de Puy-St-Martin / La Valdaine, mais seulement d’Église protestante unie entre Roubion et Jabron.

 

JOURNÉE FESTIVE AU BOUSCHET DE PRANLES.Pour ceux qui ne le sauraient pas, le Bouschet, sur la commune de Pranles, en Ardèche, est la maison natale de Pierre Durand, pasteur martyr en 1732, et de sa sœur Marie, prisonnière pour la foi à la Tour de Constance, à Aigues-Mortes, pendant 38 ans. Cette maison est devenue le Musée du Vivarais Protestant. Chaque année il y a une assemblée "au Désert", sous les châtaigniers. Cette année 2018, cela fait juste 250 ans que les dernières prisonnières de la Tour de Constance (dont Marie Durand) et les derniers galériens pour la foi ont été libérés.

Dimanche 24 juin :Culte à 11 h, présidé par le pasteur Franck Honegger, président de la Région Centre-Alpes-Rhône de notre Église.A 13 h 45, conférence de M. Jean-Paul Augier, professeur d'histoire - géographie, docteur en histoire contemporaine, sur "Protestantisme et laïcité, hier et aujourd'hui". A 15 h, concert vocal par la chorale "La Vagabonde".

Un car est organisé : Départ de Dieulefit à 8 h, de La Bégude à 8 h 20, du Palais des Congrès à Montélimar à 8 h 40 (horaires à confirmer). Prix : 12 € par chèque à l'ordre de l’Église Protestante Unie de Montélimar. Apporter un siège pliant et son pique-nique (apéritif offert par le "café des parents"). Contacter Céline Champestève, 06.87.14.00.97.

 

CULTES ET CELEBRATIONS

 

Dimanche 24 juin, culte àDieulefit et à Bourdeaux, 10 h 30.

 

Dimanche 1 juillet, culte unique et journée d’Église à Puy-St-Martin.Ce sera le culte d'adieux de Sonia et Alain Arnoux, et d'Anne-Marie et Claude Décrevel.

 

 

LES RENCONTRES :

 

Soirées "Trois en un" à Dieulefit:

Le mardi 26 juin, à la maison paroissiale catholique, rue du Château, et à l'église St-Pierre.La troisième partie de la soirée (20 h 15, à l'église St-Pierre) sera une "racontée" préparée par le groupe de conteuses (Frère Charles, conteur, sera absent, étant à Dieulefit - Santé). Venez, même si vous n'avez pas l'habitude, et amenez des amis !

Ce sera l'avant-dernière soirée avant la coupure de juillet - août. La dernière rencontre, le mardi 3 juillet, aura lieu chez Mireille et Daniel Soubeyran, pour continuer sur l’Église confessante avec Mme Hanna Koch-Marcel. Dès le premier mardi de septembre, les "Trois en Un" recommenceront : les animatrices et animateurs sont dans les starting-blocks !

 

Tous les mardis :

Temps de prière à 18 h 30, repas partagé à 19 h 30, temps de partage de 20 h 15 à 20 h 45 (heures méridionales)

Chacun vient à son rythme, quand il veut, quand il peut, pour ce qui lui convient, pour toute la soirée ou seulement au moment qui l'intéresse.

Les soirées "3 en 1" à Dieulefit ne sont pas réservées aux Dieulefitois ! Tout le monde y est bienvenu !

Et on peut y inviter des amis !

 

Même si vous ne participez pas habituellement aux soirées "3 en 1", vous pouvez en accueillir une chez vous ! La soupe et les autres éléments du repas sont apportés par les participants.

 

 

Très fraternellement à toutes et à tous,

Alain ARNOUX, pasteur

Un au revoir à qui ?

Samedi 16 septembre 2017 Lyss Aarberg Sur les pas  des Huguenots et des Vaudois du Piémont  .

Inauguration du tronçon  d’Aarberg à Lyss.

Dévoilement de la pierre commémorative du naufrage De Aarberg à Lyss

Pour en savoir plus, cliquer ici

Prédication du 23 juillet au Temple de Dieulefit

 

Un pays a-t-il une âme ?

Un pays – le Pays de Dieulefit, le Pays de Bourdeaux, la Valdaine, le Plateau de la Haute-Loire ou la Vallée de Munster ou un autre – c'est beaucoup de choses. Ce sont des reliefs, des sols, des cours d'eau, des vents, une végétation... Ce sont les êtres humains qui habitent là, et qui du travail de leur intelligence et de leurs mains, siècle après siècle, depuis qu'ils sont là, utilisent les ressources du sol, de l'eau, du soleil, façonnent et transforment les paysages, et sont façonnés par eux. Un pays, c'est une géographie, c'est une histoire, c'est une économie... Un pays, avec ou sans hommes, c'est vivant, c'est en évolution constante.

Un pays a-t-il une âme ? Y a-t-il quelque chose dans un pays, une vertu particulière, une nature prédestinée, une âme en quelque sorte, qui en rende les habitants plus pieux ou plus indifférents, plus honnêtes ou plus brigands, plus accueillants ou plus renfermés, plus ouverts ou plus méfiants face aux nouveautés, plus entreprenants ou plus apathiques... ? Est-ce le pays qui donne une âme aux hommes ? Ou bien sont-ce les hommes qui donnent une âme au pays, et qui font de lui un lieu où la vie est légère ou pesante, un lieu de refuge ou un lieu de refus, un lieu d'entente ou un lieu de brouilles, un lieu de générosité ou un lieu d'avarice et de cupidité, un lieu de l'Esprit ou un lieu de la chair ? Un pays béni ou un pays maudit ?

Ou bien, l'âme d'un pays, ce qui fait qu'on l'aime, ce qui fait qu'on a envie de le découvrir si on ne le connaît pas, de s'y installer si on n'y est pas né, d'y revenir si on en est parti, n'est-ce pas une apparence, une réputation déjà dépassée, quelque chose qui déjà est en train de mourir, un fantôme, un fantasme ? Est-ce que cela meurt, l'âme d'un pays ? Ou bien, est-ce que cela se vend, l'âme d'un pays, comme un produit pittoresque pour touristes ? Ou bien, est-ce que cela évolue, l'âme d'un pays, comme tout ce qui est vivant en somme, au fur et à mesure que les hommes changent, et leur travail, et leurs relations avec le vaste monde ?

Les hommes passent. Sous les châtaigniers du Bouschet-de-Pranles, en Ardèche, sous les rochers de Saou, du côté de Beauvallon à Dieulefit ou près de l'église de Comps, dans les grands espaces vides et silencieux du Plateau du Chambon, à Gunsbach dans la Vallée de Munster, j'entends bruisser, dans le vent, des âmes disparues : Pierre et Marie Durand, Isabeau Vincent, Alexis Muston, Marguerite Soubeyran, le prédicant Bastianou, Albert Schweitzer, et tant d'autres, tant d'autres... Sans doute le pays, avec son ciel, ses vents, ses bruits, ses espaces et ses hommes, a-t-il contribué à façonner leur âme. Mais très certainement, ils ont donné, un temps, un temps seulement, leur temps, une âme au pays. Et même, ils en ont été l'âme. Pour les entendre encore, et entendre ce qui les a animés, il faut faire silence en soi et tendre l'oreille. Car ils ne sont plus. L'âme du pays change avec les hommes qui y vivent et qui la lui donnent. Le pays reste, presque identique, et il sera encore là, presque identique, quand nous ne serons plus. Qui lui donne une âme en ce moment ? Et quelle âme ?

Je pense à Celui qui a visité notre terre, à Celui qui n'avait même pas une pierre où reposer sa tête, à Celui qui nous dit : "Je me tiens à la porte et je frappe. Si quelqu'un entend ma voix et m'ouvre sa porte, j'entrerai chez lui, je prendrai mon repas avec lui et lui avec moi." (Apocalypse 3 / 20). Et si c'était lui, l'Âme sans laquelle tout n'est que vide et agitation, et tohu-bohu ?

 

Alain ARNOUX, pasteur

 

Vous y étiez ! Les photos de l’AG du mois de mars 2017 !

Photo-1               Photo-2               Photo-3               Photo-4               Photo-5

Photo-6                               Photo-7                               Photo-8                               Photo-9                               Photo-10

Photo-11             Photo-12             Photo-13             Photo-14             Photo-15

Au revoir à Raymonde et Jean-Pierre

Photo-1               Photot-2             Photo-3               Photo-4               Photo-5               Photo-6               Photo-7               Photo8

Des photos de la journée du 20 novembre à la Bégude

 

Photo 01             photo 02             photo 03

photo 04             photo 05             photo 06

photo 07             photo 08             photo 09

Quelques photos du 25 septembre à la Maison Fraternelle

photo 01 photo 02 photo 03

photo 04 photo 05 photo 06

photo 07 photo 08 photo 09

photo 10 photo 11 photo 12

Quelques prédication à écouter

 

Pour accéder directement aux  portraits d’Ensemble – Témoignons, Cliquez-ici

 

 

Dernière mise à jour : 23/06/2018-10:14  JL